57 milliards de dollars de la Banque mondiale pour l'Afrique subsaharienne — Financement

21 Mars, 2017, 13:27 | Auteur: Ingrid Allaire
  • 57 milliards de dollars de la Banque mondiale pour l'Afrique

Après avoir rencontré les ministres des finances du G20 et les gouverneurs des banques centrales, le président du Groupe de la Banque mondiale, Jim Yong Kim, a annoncé, dimanche, un financement record de près de 57 milliards de dollars (53 milliards d'euros) en faveur des pays d'Afrique subsaharienne au cours des trois prochaines années. A cela, s'ajoutent 8 milliards de dollars sous forme de financements privés de la Société financière internationale (IFC), une autre antenne de la Banque mondiale, et 4 milliards de la Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD), la filiale de la Banque dédiée aux pays à revenu intermédiaire. "Avec ces engagements, nous allons pouvoir travailler avec nos clients pour significativement développer les programmes en faveur de l'éducation, des services de santé de base, de la propreté de l'eau et de son traitement, de l'agriculture, du climat des affaires, des infrastructures et des réformes institutionnelles", a, en effet, indiqué le Directeur de la Banque mondiale dans son communiqué.

60 % de ces ressources seront consacrées à l'Afrique subsaharienne, qui abrite la moitié des pays éligibles aux ressources de l'IDA.

"Cela nous offre une occasion unique de modifier la trajectoire de développement des pays de la région ", a souligné Jim Yong Kim, le président du Groupe de la Banque mondiale. Ce montant sera débloqué progressivement durant la période incluse du 1er juillet 2017 au 30 juin 2020. L'agriculture, le climat des Affaires et les infrastructures seront également des priorités de ce plan d'investissements.

Jim Yong Kim, président du Groupe de la Banque mondiale, a déclaré que les fonds étaient destinés à soutenir la mise en œuvre de projets qui transforment les moyens de subsistance des communautés du deuxième plus grand continent du monde. Ainsi, ces ressources devraient fournir par ricochet, des services de santé essentiels à 400 millions d'Africains, un meilleur accès à l'eau à 45 millions de personnes et augmenter de 5 gigawatts, la capacité de production d'énergies renouvelables. Est aussi prévu un " guichet de 2,5 milliards de dollars de l'IFC pour doper les investissements privés dans les régions risquées ". Elle intensifiera également son action auprès des États fragiles ou affectés par des conflits, et augmentera ses investissements dans la lutte contre le changement climatique.

Recommande: